Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+
Port Boinot ,Grand projet : boinot Niort, mairie, Ville, Deux-Sèvres

"Donner une dimension nouvelle à la ville"

Matthieu Théaudin est designer et paysagiste concepteur à Phytolab, l'agence de paysage et d’environnement (Nantes), qui a remporté le concours avec Franklin Azzi architecture, CPC Eco (économie de la construction), Artelia Ville et Transports (voirie, réseaux, génie civil, ingénierie environnement) et Studio Vicarini (conception lumière).

Il y a 5 ans, quand vous décidez de répondre au concours d’aménagement de Port Boinot lancé par la ville, qu’est-ce qui vous séduit dans le programme ?

Matthieu Théaudin : "Le rapport à la ville, à son histoire, et le rapport à l’eau, avec la présence de la Sèvre canalisée et de la Sèvre sauvage. On a tout de suite vu que le projet pouvait donner une dimension nouvelle à Niort, qu’il pouvait lui permettre d’élargir son centre-ville, mais aussi de retrouver un port actif, de se reconnecter avec son territoire, avec le Marais poitevin."

Quel est selon vous le principal atout du site ?

Matthieu Théaudin : "Le lien bâti/nature. Il est souligné par les axes de composition est-ouest, nord-sud que nous avons choisis dès le départ. Le premier va du centre-ville à la cale du port. Le second relie l’entrée historique du boulevard Main à la Sèvre sauvage. Et le bâtiment qui fait la connexion entre les deux axes, c’est le Séchoir. Ce travail de composition a été très important. Il a amené des évidences pour le dessin des différents jardins, même s’il a fallu faire avec l’existant, comme par exemple traverser un des hangars ou intégrer des arbres dans un ponton."

Aujourd’hui, quels sont vos endroits préférés, ceux qui vous rendent le plus fier ?

Matthieu Théaudin : "Il y en a beaucoup... Là où j’aime me poser, c’est sous le préau de la serre. La proximité de la berge douce et des bassins botaniques qui rassemblent toute une collection de plantes du voyage invite à la contemplation. L’autre endroit que j’apprécie plus particulièrement, c’est le Jardin du marais mouillé, avec son cheminement de passerelles qui fait la liaison entre les Ponts Main et le coeur du site. Cette déambulation apporte une vraie valeur ajoutée au projet. Sa conception a été assez complexe techniquement. Les arbres qui ont été plantés vont se développer assez rapidement et amèneront énormément de fraîcheur."

Il reste un jardin à aménager : le Jardin des Escales, face aux gradins du bief. À quoi va-t-il ressembler ?

Matthieu Théaudin : "L’idée, c’est que cette pointe, aujourd’hui enclavée, devienne un jardin terrasse de la Fabrique, un lieu très ouvert, connecté au site et au boulevard Main."