Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Le blason de Niort

Blason

D'azur semé de fleurs de lis d'or, à la tour d'argent sommé d'une autre tour du même, brochant sur le tout crénelée, maçonnée et ajourée de sable, posée sur une rivière aussi d'argent, mouvant de la pointe.

Ornements extérieurs

L'écu est timbré d'un heaume d'argent rehaussé d'or, taré de face, grilleté de sept pièces, retenant par un bourrelet des lambrequins aux couleurs de France, cimé de 3 plumes d'autruche d'argent. Il est tenu par 2 sauvages regardant d'arent, leurs cheveux et leur ceinture de feuillage d'or, tenant chacun une massue du même, celui de dextre en pal le long de son flanc dextre, le bras senestre reposant plié sur l'écu, celui de senestre la massue sur l'épaule senestre brochant sur les lambrequins, le bras dextre reposant plié sur l'écu. Le tout posé sur des rinceaux d'or et d'argent aux retroussis d'azur.

La ville de Niort fut construite au VI e siècle lorsque la mer laissa à sec le marais poitevin. Aucun sceau de la ville n'est parvenu jusqu'à nous. Dans sa sigillographie du Poitou, M. Eygun cite un sceau de baillage du XVe siècle, mais qui n'est pas aux armes de la ville. Sur l'origine du semé de fleurs de lis, les historiens donnent des avis différents. Ce semé de lis serait celui que portait en parti des ses armes, Jean duc de Berry, comte de Poitiers, frère de Saint-Louis. Plus tardivement en 1372, les bourgeois de Niort qui aidèrent Du Guesclin à chasser l'étranger de ses murs, auraient reçu cette concession royale, et firent sculpter ce blason sur le beffroi de l'hôtel de ville en 1393. Aliénor d'Aquitaine, femme répudiée de Louis VII apporta Niort aux Anglais avec le reste du Poitou. La tour donjonnée rappelle les 2 tours carrées du château que fit reconstruire en 1158 Henri II de Plantagenet roi d'Angleterre. Dans ces tours ce prince fit enfermer sa femme Aliénor d'Aquitaine après la révolte de son fils Jean sans Terre et Richard Coeur de Lion. En pointe les ondes évoquent la Sèvre coulant au pied du château. L'écu est timbré d'un heaume de chevalerie pour rappeler que le Maire de Niort et les échevins recevaient la noblesse héréditaire. Les deux sauvages seraient en souvenir de l'intérêt que le duc de Berry avait pour ce déguisement dans les bals parés, qui furent en renom au début du Moyen-âge et dont l'un, tristement célèbre, fut en 1393 le bal des Ardents. A l'époque de la découverte du Canada, ces sauvages furent remplacé par des indiens iroquois, mais sagement les municipalités abandonnèrent cette évocation peu courtoise pour nos amis canadiens et reprirent comme tenant les 2 sauvages.

Symbolique de la composition