Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+
Culture Niort, mairie, Ville, Deux-Sèvres

My Secretary taille patron

Nouvel album, ouverture de l’Acclameur, tournée franco-italienne… Les rockeurs de My Secretary sont sous les feux de la rampe en octobre.

Ce début d’automne s’annonce chaud pour les quatre garçons de My Secretary. Outre la sortie de leur premier album Fool Secrets, ils ont l’insigne honneur d’être programmés pour la soirée Festival d’ouverture de l’Acclameur, aux côtés de Bernard Lavilliers, du Prince Miiaou, de C2C et Don Rimini.
Le jeune groupe – environ quatre années d’ancienneté - est composé de Mika à la batterie, Thomas à la basse, Sébastien à la guitare et d’Alexandre au lead chant et à la guitare. C’est ce dernier, sans doute coutumier des devants de scènes, qui répond à nos questions.


Vivre à Niort : Pourquoi avez-vous été choisi pour cette soirée du 5 octobre à l’Acclameur ?

Alexandre : Nous faisions partie d’un panel de groupes qui pouvaient y prétendre. Je pense que notre actualité – la sortie de l’album Fool secrets – a joué pour nous.

Vivre à Niort : Connaissez-vous la salle ? L’avez-vous visitée avant d’accepter ?

Alexandre : Non pas encore. Mais nous savons que jouer ici est une belle opportunité. La dimension de la salle, l’importance de cette inauguration… nous allons bénéficier d’un maximum de visibilité.
En plus, c'est nous qui ouvrirons le bal, ce soir-là. Heureusement que nous avons un peu d’expérience de la scène, sinon une salle comme ça pour débuter pourrait s’avérer déstabilisante.

Vivre à Niort : Allez-vous vous préparer spécialement pour l’événement ?

Alexandre : Nous sommes en résidence au Camji les 30 septembre et 1er octobre pour préparer les concerts qui vont suivre la sortie de l’album. (Toutes les dates de la tournée sur Facebook, NDLR). Nous allons jouer en France et en Italie avec un groupe italien : les Hate boss. Les affiches annonceront donc : « My Secretary – Hate boss » (en Français : ma/mon secrétaire déteste le patron, NDLR). C’est un hasard.

Vivre à Niort : Le 19 octobre, vous serez de retour dans une ambiance très différente, au bar de l’Entracte.

Alexandre : Oui et c’est très bien. Nous apprécions ces ambiances depuis nos débuts. A Niort nous sommes plutôt bien lotis dans le domaine. Il y a beaucoup de bars qui accueillent des groupes.

Vivre à Niort : On dit de votre style musical qu’il est très influencé par The Cure…

Alexandre : Oui c’est vrai. Mais il s’agit d’une influence inconsciente, pas stratégique. Chaque membre du groupe a des influences différentes. Je dirais plus globalement que notre style peut être qualifié de cold wave ou de new wave moderne. Ou alors plus simplement de pop rock.

Vivre à Niort : Depuis combien de temps existe la formation ?

Alexandre : My Secretary a été fondé en 2008. Un an plus tard nous avons sorti un premier disque de 7 morceaux. Fool Secrets est donc notre premier véritable album.

Vivre à Niort : Sortir un album n’est pas une mince affaire. Comment parvenez-vous à concilier cette activité avec vos vies professionnelles et familiales ?

Alexandre : Nous répétons toutes les semaines, le lundi soir pendant trois heures. Pour la sortie de l’album, nous avons délégué les parties  communication et distribution aux entreprises niortaises Him Media et La Baleine. Nous les avons rencontrées, nous avons échangé, ça prend du temps. Il y a beaucoup de travail au-delà de la « matière première » qu’est la musique.
Pour les concerts que nous donnerons en Italie avec les Hate boss, nous prenons des jours de congés simultanés. On s’organise…

Vivre à Niort : Espérez-vous pouvoir vivre de votre musique un jour ?

Alexandre : La question ne s’est jamais posée pour nous. Avec l’effondrement de l’industrie du disque, le business ne se fait plus que sur les grosses tournées. Heureusement que nous ne faisons pas ça pour vivre. Du coup, nous ne nous mettons aucune barrière créative. Nous faisons simplement ce que nous aimons.

(28 septembre 2012)