Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Pollens et moisissures

 Des études épidémiologiques récentes ont montré une augmentation de la fréquence des allergies. La pollution atmosphérique, souvent désignée comme principale responsable, recouvre en fait tout un ensemble de facteurs allergisants d'origines diverses : chimique, pollinique, fongique.

Les pollens

Pour consulter les relevés de mesures sur les pollens, cliquez sur l'image suivante

C'est l'élément reproducteur produit par les organes mâles des plantes. Ces éléments sont dispersés dans l'atmosphère. Le transport s'effectue grâce :

  • aux insectes (le pollen est peu disséminé dans l'atmosphère et peu allergisant)
  • au vent (les pollens très abondants proviennent d'arbres et de plantes à la floraison généralement discrète, terne et sans odeur, et qui ont un pouvoir allergisant fort).


Les pollens les plus allergisants :

  • Les pollens des arbres : les bétulacées (bouleau, l'aulne et le noisetier), les conifères (avec un rôle important pour les cupressacées qui sont devenues très importantes dans les haies urbaines), les platanes, les chênes, les frênes, troènes et lilas ;
  • Les pollens des graminées : la phléole, l'ivraie, le dactyle et le pâturin ;
  • Les pollens des herbacées : l'armoise dans le Nord et l'amboroisie dans le Sud, les chénopodes, les urticacées ;



Les symptômes :

La pollinose, aussi appelée " rhume des foins ", est l'allergie aux pollens. Elle est en générale saisonnière et récidive chaque année à peu près à la même époque. En pénétrant par inhalation dans les voies respiratoires des individus sensibles, les pollens provoquent des affections, le plus souvent bénignes, parfois sévères, toujours gênantes voir invalidantes :

Rhinite avec irritation du nez, crise d'éternuements, écoulement nasal souvent abondant et obstruction nasale ;
Conjonctivite avec larmoiements, démangeaisons, rougeurs et sensations de grains de sables ;
Toux, oppression thoracique, asthme ;
Manifestations cutanées

Les moisissures

Des milliers d'espèces de champignons vivent sur les végétaux. Ils se reproduisent en émettant des spores qui se répandent dans l'air quand la température et l'humidité sont favorables. Ainsi, en été, on peut respirer 1000 fois plus de spores que de pollens. Leur inhalation peut provoquer chez les sujets sensibles les mêmes symptômes que les allergies aux pollens. Les principales moisissures allergènes sont : les alternaria, les cladosporium et les épicorrum.