Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour recueillir des données statistiques. En savoir plus et gérer ces paramètres.

A- A A+

Budget 2015

2015 : un budget de redressement

 Le Conseil municipal a voté le 19 décembre 2014 le budget primitif 2015 dans un contexte économique contraint. Jérôme Baloge, maire de Niort, nous éclaire sur la situation financière de la Ville, sur les choix qui ont été pris pour redresser les comptes et sur les projets qui seront financés à partir de 2015.

"L'heure est grave, des mesures exceptionnelles ont été prises avec la contribution de l'ensemble de la collectivité. Le cap sera tenu et les finances de la Ville seront redressées." annonce le maire.

  • A l'occasion du débat d'orientation budgétaire le 24 novembre, vous avez déclaré que le budget 2015 serait un budget de redressement destiné en priorité à améliorer la capacité d'autofinancement de la ville. Pouvez-vous expliquer aux Niortais l'importance de cet enjeu ?

Jérôme Baloge : "La capacité d'autofinancement, c'est l'argent qui reste à la Ville quand on fait la différence entre les recettes et les dépenses. Elle permet à la Ville d'investir en évitant de trop emprunter et également de rembourser l'annuité de l'emprunt.
Le poids de la dette tend chaque année à être plus important que notre capacité d'autofinancement. Il est nécessaire de retrouver une marge positive d'autant plus que les dépenses ont beaucoup augmenté ces dernières années, plus vite que les recettes. Il faut donc urgemment redresser la barre, les réduire pour équilibrer le budget, être en capacité de digérer les emprunts et contenir le recours à l'endettement tout en continuant à investir."

  • Les recettes de fonctionnement sont en baisse de 1% dans le budget 2015. A quoi cela est dû ?

JB : "Tout d'abord à la baisse des dotations de l'Etat. Depuis 2014 et les lois de décentralisation, elles sont en baisse à Niort d'1,6 million. Les compétences confiées par l'Etat sont toujours à la charge des collectivités, mais les dotations qui correspondent aux moyens de la prise en charge régressent. On attend une baisse de 30% sur les cinq prochaines années.
Dans un contexte économique difficile pour tous, la Ville a aussi choisi de ne pas augmenter le taux de fiscalité des impôts locaux."

  • Les dépenses de fonctionnement sont en baisse de 1,5% l'année prochaine. Comment se traduit concrètement cet effort dans ces dépenses ?

JB : "Il a fallu prendre des décisions difficiles, mais nécessaires. Nous avons réduit une partie de nos dépenses de fonctionnement en supprimant le festival Téciverdi ou encore en reportant la foirexpo en 2016.

Globalement, nous avons demandé un effort à l'ensemble de la collectivité. Le tout en assurant un service public de qualité. Nous avons aussi baissé les indemnités des élus, de l'ordre de 210 000 €.

Toutes les directions sont concernées par les recherches d'économies, le CCAS, outil précieux en période de crise, est l'un des domaines les plus préservés.
Dès juin, j'ai aussi demandé aux services de rationaliser les moyens pour répondre aux objectifs d'économies globales. Ce travail concerne par exemple la maitrise des coûts de l'énergie et d'entretien de nos bâtiments. La Ville possède une superficie de bâti deux fois supérieure à une ville de même taille. Il faudra à terme se dessaisir d'une partie de ce patrimoine.
L'effort concerne également les associations, les subventions sont réduites de 3,5% en 2015 en préservant au mieux les structures associatives. cet effort devra être rétabli pour 2016."

  • La Ville va investir 17 millions d'euros en 2015. Quels seront ces investissements ?

JB : "Quatre projets nouveaux sont intégrés au budget 2015. L'aménagement du parc naturel urbain est une réponse urbanistique à l'intégration de Niort au label parc naturel régional du Marais Poitevin. Il s'agira de créer autour de Boinot et le long de la Sèvre un ensemble vert qui traverse la ville.
Le renforcement de la qualité de l'accueil du public du Moulin du Roc avec le remplacement des fauteuils de la grande salle, qui datent de l'ouverture de la structure en 1986.
Le déploiement des caméras de vidéoprotection en centre-ville en réponse aux besoins exprimés par la population et les forces de police. Cette installation bénéficie du concours financier de l'Etat.
Le remplacement du terrain synthétique du stade René-Gaillard qui sert à l'entrainement de plusieurs équipes dont celle des Chamois et la rénovation des vestiaires de Grand Croix.

Le budget d'investissement intègre aussi tous les travaux engagés chaque année sur le domaine public : réfection de voirie, mise aux normes d'accessibilité des espaces et bâtiments publics encadrée légalement par l'Ad'Ap, agenda d'accessibilité programmé,...

  • Qu'est-ce qui vous guide dans vos choix budgétaires ?

JB : "La volonté de garantir la qualité du service public malgré le contexte difficile et de faciliter la vie quotidienne des Niortais. Nous devons être en capacité de répondre aux besoins des Niortais qui relèvent du domaine des compétences fondamentales de la Ville. Par exemple, les écoles. Nous avons remis en place la restauration scolaire le mercredi, depuis septembre 40% des élèves bénéficient de ce service. Nous avons instauré la première heure gratuite au parking de la Brèche pour relancer la fréquentation de l'équipement et répondre aux attentes des commerçants et des habitants. C'est aussi soutenir la scène nationale, faire des efforts en terme d'accessibilité, investir dans les équipements sportifs de quartier...".


Propos recueillis par Isabelle Toesca
(Le 19 décembre 2014)