En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour recueillir des données statistiques. En savoir plus et gérer ces paramètres.

A- A A+

Sainte-Pezenne

Sainte-Pezenne a pris le nom d'une jeune martyre, qui serait morte d'épuisement au VIIIe siècle, aux portes de Niort. Ses restes furent transportés dans le village, qui s'appelait alors Tauvinicus (ou Thorigné).

Le bourg s'est construit autour de l'église, bâtie à l'emplacement d'un lieu de culte païen. Il a gardé un caractère patrimonial très marqué.

Commune agricole spécialisée dans la culture maraichère, Sainte-Pezenne était réputée pour ses artichauts, ses oignons ou encore ses poires. A partir du début du XXe siècle, elle est aussi appréciée pour ses bords de Sèvre, où l'on vient pêcher ou se reposer. Sa fusion avec Niort date de 1965.

Le quartier est coupé en deux par la route de Coulonges.

A l'est :

  • l'ancien bourg,
  • les bords de Sèvre, où les cabanes de pêche sont apparues dès les années 1900,
  • les sentiers de Sainte-Pezenne,
  • le parc et le château de Chantemerle, propriétés de la Ville depuis 1990, occupés par un centre de loisirs municipal,
  • le crématorium.

A l'ouest :

  • le secteur pavillonnaire, qui s'est développé à partir des années soixante-dix. Il est actuellement en très forte expansion.
  • la plaine de la Glaie qui accueille de petits immeubles collectifs
  • la déchetterie du Vallon d'Arty, gérée par la communauté d'agglomération.