Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Les marais

Les marais niortais (marais de Galuchet et de la Plante, marais de Saint-Rémy, grand marais de Bessines) font partie intégrante du Marais poitevin, deuxième zone humide de France après la Camargue.

Ils constituent une des unités écologiques les plus diversifiées de la ville. Ils accueillent de très nombreuses espèces d'oiseaux et de mammifères, et plusieurs espèces protégées comme:

  • la loutre d’Europe,
  • le campagnol amphibie,
  • la noctule de Leisler, la noctule commune, le murin à moustaches et le murin de Daubenton (chauves-souris),
  • l'agrion mignon (libellule),
  • l'hottonie des marais, plante patrimoniale présente dans les conches et les zones de marnage.

Mais leur intérêt biologique a décliné en même temps que leur surface se réduisait et que leur état de conservation se dégradait.

Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, cinq espèces de papillons et sept espèces de libellules, par exemple, ont disparu. On ne retrouve pas non plus la trace d'un certain nombre d'amphibiens, comme le sonneur à ventre jaune, observé pour la dernière fois en 1910.

Les pressions qui s'exercent ont des origines multiples :

  • le mauvais entretien du réseau hydraulique
  • la pollution des eaux
  • la fauche précoce des prairies et des peupleraies
  • ou encore la prolifération d'espèces invasives, qu'elles soient végétales, comme la jussée ou la renouée du Japon, ou animales comme l'écrevisse de Louisiane, qui a complètement colonisé le Marais de Saint-Rémy et qui se propage au Marais de Galuchet.

La Ville de Niort a entrepris de restaurer la biodiversité de ses zones humides, aux côtés du Parc interrégional du Marais poitevin.