Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Bocage et boisements

Le bocage

Le bocage niortais est issu d'une longue tradition du pâturage. Son paysage n'a rien d'uniforme et c'est ce qui fait toute sa richesse : prairies bordées de haies, fossés,  mares, talus...

Connectés entre eux, ces milieux forment un maillage favorisant le déplacement et les rencontres des espèces (papillons, mammifères, amphibiens...). Refuge, alimentation, reproduction, chacune y trouve son compte et surtout son équilibre.

Un réservoir de biodiversité a été identifié dans chacun des deux grands secteurs bocagers niortais:

  • la Coudraie, dans la vallée du Lambon,
  • la Fiallerie à Saint-Florent.

Dans ces prairies entourées de haies, l'élevage bovin domine. De nombreuses parcelles également sont utilisées pour des chevaux ou comme prairies de fauche.

C'est la biodiversité ordinaire qui fait la richesse de ce milieu. On y retrouve :

  • des oiseaux nicheurs, dont la tourterelle des bois et la huppe fasciée,
  • des mammifères, comme la genette et le putois.,
  • des reptiles,
  • des amphibiens,
  • et des fleurs de prairies, réserve importante de nectar et de pollen pour les insectes butineurs

Les mares et étangs

Les mares se font rares aujourd'hui. Elles avaient été créées pour alimenter le bétail. Avec la régression de l'élevage traditionnel, elles ont perdu leur utilité initiale. Beaucoup ont fini par se combler et disparaître. Celles qui subsistent, en prairie et en forêt, sont fragiles et menacées. Il est important de les préserver car elles offrent des conditions de vie idéales à de nombreuses espèces animales et végétales :

  • les libellules peuvent y accomplir leur cycle de vie, de l'état larvaire au stade adulte;
  • les amphibiens peuvent y effectuer leur reproduction.

Les boisements

Les boisements occupent une surface totale de 195 ha, soit 3% du territoire de la ville de Niort. Ils sont répartis en petites zones.
Les plus importants boisements de pente de la commune sont situés sur les coteaux abrupts de la vallée de la Sèvre niortaise : entre la Tiffardière et la Roussille, Comporté, Sainte-Pezenne et Surimeau. Ce sont des lieux peu fréquentés que les rapaces forestiers et les chauves-souris affectionnent. Une végétation très dense s'y est développée librement. Elle est dominée par le frêne et l'érable champêtre.

Le boisement de Surimeau, sur les coteaux de la Sèvre, est composé essentiellement de frênes et d'érables champêtres, avec un habitat de type chênaie à ail des ours, d'intérêt européen. Les sous-bois sont recouverts de fougères. Difficile d'accès, c'est un lieu tranquille apprécié des rapaces, des chauves-souris (grand rhinolophe, barbastelle, noctule commune et noctule de Leisler) et des reptiles (couleuvre verte et jaune, couleuvre à collier). Une espèce protégée de coléoptère, le lucane cerf-volant, s'y développe également.

Le seul boisement de plateau est le bois de la Tranchée : un massif de feuillus de 11,38 ha dominé par le chêne pédonculé. Les prairies environnantes et la présence d'une mare forestière expliquent la présence de nombreux mammifères, d'oiseaux et de quelques amphibiens.