Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Théophile, Louis et Charles BOINOT

Industriels de la
chamoiserie et
de la ganterie

Les établissements Boinot ont été créés par Théophile Boinot, négociant en laine, après que celui-ci eut acquis l'affaire Main, ancrée dans l'histoire de la chamoiserie niortaise depuis le XVIIIème siècle, et une autre entreprise appartenant à une famille Noirot dont le dernier représentant était décédé sans héritiers.

C'est avec les fils de Théophile Boinot, Louis et Charles, qu'à partir de 1900 se développa l'extension de ce que les Niortais appelaient "Les usines Boinot".
A partir de 1914 fut adjointe à l'activité chamoiserie, une branche ganterie qui atteignit en 1930 une production de
210 000 douzaines de gants ce qui représentait 22% de la fabrication française.

La crise mondiale de 1929 toucha cependant cette industrie qui exportait 55% de ses produits. L'Allemagne et la Tchécoslovaquie qui étaient de gros clients disparurent des carnets de commande après les événements touchant ces deux pays et précurseurs de la deuxième guerre mondiale.

Après avoir traversé le deuxième conflit mondial avec des fabrications diverses, il y eut un redémarrage, la production des années 1960/1970 atteignant 600 000 peaux.

Un secteur bonneterie fut créé dans les années 1945/1950 spécialisé dans la fabrication de gants en tricot et peaux. La maison Boinot, qui était devenue une institution niortaise, employa jusqu'à 3000 personnes qui se répartissaient entre les travailleurs en ateliers et ceux à domicile, seulement pour la ganterie et qui étaient exclusivement féminins.

Cette production fut touchée par la concurrence extérieure, tant anglaise, néo-zélandaise qu'asiatique, ainsi que par l'évolution de la société qui faisait que la peau de chamois n'avait plus le même usage et la même diffusion que par le passé, de même que le gant n'était plus un objet d'habillement courant.

Après des tentatives de regroupement qui n'eurent pas de lendemain cette industrie traditionnelle et historique de Niort finit par disparaître.