Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+
Culture Niort, mairie, Ville, Deux-Sèvres

A l'Espace culturel

Le premier trimestre de l’Espace culturel sera marqué par un programme très condensé dans le temps. En un peu plus d’un mois, la salle offrira une palette très éclectique, passant de la chanson française, au reggae mythique sans oublier l’électro dub et le rock belge !

La saison s’ouvrira le 20 octobre, avec le charmant duo Brigitte. Deux belles voix qui se chevauchent, s’entremêlent pour sublimer, entre autres, des hits comme Oh la la ou Battez-vous. En première partie, le groupe bordelais Pendentif fera un retour après son passage à l’Entracte aux Nouvelles scènes de mars 2011.

Du 27 au 29 octobre, oui pendant trois jours seulement, un trident de têtes d’affiche devrait affoler les compteurs.

Stromae, la jeune coqueluche des ados branchés débarque à Niort le 27 octobre. Même sans le vouloir, le tube Alors on danse vous a forcément titillé les tympans ces dernières semaines. Le Rwando-Belge propose un mix hip hop, chanson française, électro… Un truc générationnel quoi !

Le lendemain, le 28 donc, place à l’immense et cependant trop méconnu Jean-Louis Murat. L’auteur-compositeur auvergnat commençait sérieusement à manquer (à certains) dans notre paysage musical niortais. Le Monsieur présentera son ultime opus intitulé Grand Lièvre, lors d’une performance à coup sûr puissante, authentique et donc inoubliable. Célèbre surtout pour d’assez mauvaises raisons, comme son duo avec Mylène Farmer en 1991, ses coups de gueule répétés dans les médias, ou les quelques bluettes qui l’ont fait émerger dans les charts, Murat mérite mille fois d’être découvert sur scène. Véritable musicien, il déploie en sus une énergie digne des plus grands rockers enfiévrés.

A peine aurons-nous eu le temps de récupérer, que le groupe mythique des Wailers investira l’Espace culturel, le 29 octobre. Oui il s'agit des ex-musiciens du grand Bob Marley. Une formation jamaïcaine de reggae, fondée dans les années 60 par le Rastaman le plus connu de l’histoire et ses acolytes Peter Tosh et Bunny Wailers.

Le 4 novembre, Hilight tribe mettra le public en état de transe hypnotique. Un quintet qui emploie principalement des djembés, congas, didgeridoo, guitare, basse et batterie pour un voyage cosmique.

Les Têtes raides, sont les têtes d’affiche de la scène chanson réaliste. En théorie, on ne les présente plus. Et pourtant, en dehors de quelques tubes, le groupe est injustement placé en marge des circuits médiatiques classiques. A moins qu’il ne s’agisse d’un choix délibéré de sa part, un refus des compromis. Ils seront de passage le 18 novembre.

Le 6 décembre, vous pourrez découvrir Puggy, un groupe de rock belge. Enfin, il se dit belge, alors qu’il est composé de trois musiciens anglais, suédois et français. C’est plus du rock que du Belge, voilà surtout ce qui nous importe.

Karl Duquesnoy
(septembre 2011)