Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour recueillir des données statistiques. En savoir plus et gérer ces paramètres.

A- A A+

Exposition : Chamoiserie et ganterie, une tradition séculaire

En écho au projet de transformation du site des anciennes usines Boinot lancé par la Ville de Niort, le musée Bernard d’Agesci propose jusqu'au 17 septembre 2017 une exposition sur l’histoire et la tradition de la chamoiserie et de la ganterie niortaises.

Voilà près de 30 ans que ce thème n’avait pas été exploré. Pour l’occasion, couteaux à écharner, emporte-pièces, machines à coudre… ont été sortis des réserves. Quelques-uns des 4 500 gants donnés aux musées à la fin des années 90 par les dirigeants des établissements Boinot sont présentés au public pour la première fois. De nombreux documents d’archives ont également été réunis, ainsi que des photographies datant du début du XXe siècle. Un film d’actualités, tourné à Niort en janvier 1968, permet de suivre les différentes étapes du traitement des peaux de mouton par chamoisage : délainage, bain de chaux, découpe, foulon, bain d'huile, presse, bain d'eau clair, séchage… La fête de la Saint-Jean, patron des chamoiseurs, est évoquée au travers d’une magnifique bannière de procession et d’une collection de houlettes de bergers qui étaient portées par les enfants marchant en tête de cortège. Elle a été célébrée jusque dans les années 1970.

D’étonnants objets sont à découvrir tout au long des six salles consacrées à l’exposition, comme cette valise de représentant de commerce en carton bouilli, métal et cuir, signée Louis Vuitton, ou ces boîtes à gants de la fin du XIXe siècle qui rappellent qu’il existait des gants pour toutes les occasions : gants de ville ou de soirée, gants de conduite ou de chasse, gants beurre-frais pour demander la main de sa bien-aimée… Certaines pièces, rares, appartiennent à des collectionneurs privés. C’est le cas notamment de la table de gantier ou de la sanguine représentant une ganterie du quai de la Regratterie.

L’exposition s’achève avec des œuvres, issues des collections niortaises ou empruntées aux musées de la région, qui illustrent les différentes manières de porter le gant.