Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
A- A A+

Danse : Panique au dancing... et dans l'espace public

Du 23 au 28 septembre, la biennale de danse “Panique au dancing” prend possession de l’espace public. Elle va faire déferler sur la ville une vague de propositions chorégraphiques décalées et conviviales pour chahuter le quotidien et ravir les yeux.

Piloté par la Cie Volubilis, en collaboration avec la scène nationale Le Moulin du Roc et soutenu par la Ville de Niort, “Panique au dancing” revient en septembre avec encore plus d’ambitions chorégraphiques, de propositions scéniques et d’implication du public. L’édition 2019 présentera 19 compagnies qui donneront 23 spectacles. 70 artistes professionnels venus de France, de Grande-Bretagne, de Belgique, du Portugal et 500 danseurs amateurs, Niortais et issus de la région Nouvelle-Aquitaine, formeront le casting de ce “Panique au dancing” 2019 qui prend une dimension internationale et joue sur les valeurs de l’olympisme (lire ci-contre). Les spectacles, performances et petites formes seront joués dans une quinzaine de lieux de la ville, dans les quartiers, en extérieur, en salle, dans des sites atypiques, sur des lieux de vie, dans des écoles… Le grand dancing, point d’orgue de la semaine qui implique le grand public, quitte les jardins de la Brèche pour s’installer rue Victor-Hugo, pour une “Panique olympique“ qui fera date.

Panique olympique

Pour les quatre années à venir la biennale prend une dimension régionale, nationale et internationale avec le projet “Panique olympique” qui mettra en scène 500 danseurs amateurs dans cinq villes de la région Nouvelle-Aquitaine : Niort, Bordeaux, Libourne, Cognac et Poitiers. L’idée est de constituer une communauté de danseurs jusqu’en 2024, année des J.O. de Paris, pour réaliser une chorégraphie de grand groupe qui, au final, sera dansée lors des Jeux, au Trocadéro, à Paris. La communauté sera constituée de danseurs amateurs adultes, lycéens, collégiens et étudiants, de Niort et de la région. Cette première “Panique olympique” sera jouée samedi 28 septembre, rue Victor-Hugo.

Publics atypiques

Panique au dancing s’ouvre à des publics parfois éloignés de la danse. À l’exemple des résidents du foyer de vie Les Genets, à Niort, pour la plupart handicapés. “Avec eux nous avons monté un objet chorégraphique qui sera présenté à l’Hôtel de Ville, explique Agnès Pelletier, directrice artistique de la Cie Volubilis. Avec les résidents de la maison de retraite du Sacré- Coeur, nous avons fait un travail sur ce qu’ils dansaient, jeune. Nous viendrons leur restituer nos échanges par un spectacle.” La Cie Volubilis poursuit le travail entamé avec des élèves de l’école Pérochon dans leur cycle élémentaire, de 2017 à 2021. Cette année, sur l’esplanade du magasin Carrefour (Clou-Bouchet) ils restitueront un travail intitulé “Mon quartier, ma danse, ma photo” qui mixe danse et photos du photographe niortais Alex Giraud.